Louer une voiture en leasing : comment ça marche ?

couple qui sert la main à un bailleur de leasing voiture

Le leasing, également appelé location avec option d’achat ou crédit bail consiste en une location de voiture sur une période de 2 à 5 ans, avec la possibilité de racheter le véhicule au terme du contrat, et à un prix fixé dès la signature de celui-ci.

Le leasing est très pratiqué par les entreprises pour la gestion de leur flotte automobile. Cependant, de plus en plus de particuliers plébiscitent en France cette alternative plutôt que le crédit auto classique. Attention toutefois, le leasing reste un crédit à la consommation ET une location de voiture, il convient donc de bien se renseigner avant de s’engager.

Le leasing auto : une location de voiture sur le long terme

Dans les faits, le consommateur commande la voiture qu’il souhaite louer à un concessionnaire ou directement à un constructeur automobile.
Par un système de partenariat, c’est un organisme financier qui va acheter le véhicule puis se rembourser grâce aux loyers mensuels versés par le locataire. C’est donc avec l’établissement financier que le contrat de location avec option d’achat sera signé.

Quel budget compter pour un contrat de leasing ?

Le montant des mensualités est déterminé par : le prix de la voiture neuve, le nombre de kilomètres autorisés par an et l’apport financier initial.

À la signature du contrat, l’apport initial sert souvent à financer le dépôt de garantie. Ce dépôt représente en général le montant de l’option d’achat et ne peut excéder 15% de la valeur du véhicule neuf.

Le montant des loyers n’est pas forcément fixe, il peut être dégressif ou progressif et tient compte de la dépréciation du véhicule.
Il est important de vérifier avec le bailleur les garanties et services compris dans le contrat de location :

  • l’assurance est parfois comprise, dans ce cas, il est conseillé de vérifier que celle-ci inclut la responsabilité civile des conducteurs, indispensable en cas d’accident et de dommages causés sur des tiers
  • l’entretien du véhicule est le plus souvent à la charge du locataire
  • une assistance en cas de panne et un remorquage si besoin de rapatrier le véhicule

Par exemple, pour un contrat de leasing sur un modèle Renault Captur DCI 90 Energy avec les modalités suivantes :
– durée de location 60 mois
– 15000 kilomètres autorisés par an
– apport initial de 2000€

… il faut compter une mensualité d’environ 220€ avec une option d’achat à 8200€, pour un coût total sans assurances de 23100€.

Attention toutefois, en cas de non versement des loyers, le bailleur peut résilier le contrat ou demander des indemnités.

Et à la fin du contrat de LOA ?

Lorsque le contrat de location arrive à échéance, le particulier a ainsi deux possibilités :

  • acheter la voiture qu’il louait jusque là pour en devenir propriétaire
  • restituer le véhicule et éventuellement souscrire à un nouveau contrat de leasing sur une nouvelle voiture

Dans le premier cas, il verse le montant de l’option d’achat initialement prévu en déduisant le dépôt de garantie déjà versé.

Dans le second cas, le bailleur restitue le dépôt de garantie au locataire. À noter que le bailleur peut retenir des frais pour dépassement kilométrique ou si le véhicule n’est pas rendu dans un état jugé satisfaisant.

Un point sur le contrôle technique

Redouté par certains, décrié par d’autres, qu’on le veuille ou non, le contrôle technique est un rendez-vous incontournable dans la vie d’une voiture. Obligatoire en France depuis le 1er janvier 1992 pour les véhicules légers, cette vérification réalisée par un centre agréé vise à s’assurer du bon état général du véhicule.
Quand faut-il l’effectuer ? Quels sont les éléments contrôlés ? Nous faisons le point !

Quand faut-il effectuer le contrôle technique de sa voiture ?

La loi française est plutôt claire à ce sujet : le premier contrôle technique doit avoir lieu dans la période des 6 mois qui précède le 4e anniversaire de la première mise en circulation du véhicule. Les contrôles techniques suivants ont lieu, quant à eux, tous les 2 ans.
Attention à ne pas oublier : tout manquement à cette obligation peut entrainer une amende forfaitaire de 135 euros ainsi que le retrait de la carte grise durant 7 jours !
Néanmoins, pour vous aider à vous souvenir de votre prochain contrôle, il vous suffit de vérifier la date indiquée sur la vignette collée sur le pare-brise. A noter que cette vignette est purement indicative et ne constitue pas une preuve légale.

Quels sont les points contrôlés ?

Le professionnel prend généralement 30 à 45 min pour vérifier les 124 points de contrôle répartis en 10 catégories : identification du véhicule, liaisons au sol, éclairage et signalisation, pollution et niveau sonore, freinage, visibilité, structure et carrosserie, direction, équipements, et organes mécaniques. Ces vérifications sont toutes effectuées de manière visuelle, sans qu’aucun démontage ne soit effectué.
Sur les 124 points vérifiés, seuls 72 points sont soumis à une obligation de contre-visite de vérification. Précisons que les fonctions relevant du freinage, des liaisons au sol, de l’éclairage et de la signalisation sont généralement celles qui génèrent la plupart des contre-visites. Prenez donc soin de bien vérifier ces points avant d’amener votre voiture au contrôle technique.
D’ailleurs, à ce propos, êtes-vous bien sûr de connaître tous les éléments à surveiller sur vos pneus ?

À l’issue de la visite

Si aucun des 72 points soumis à l’obligation de contre-visite n’est pris en défaut lors du contrôle, le professionnel appose un timbre A sur le certificat d’immatriculation, ainsi qu’une vignette sur le pare-brise du véhicule afin d’indiquer la limite de validité du contrôle. Félicitations, vous êtes tranquille pour 2 ans !
Par contre, si des éléments défaillants sont constatés lors du passage au contrôle technique, ils sont indiqués sur le procès verbal remis au propriétaire du véhicule. Il dispose alors de deux mois pour régler les défauts constatés et passer une contre-visite à l’issue de laquelle il pourra obtenir une validation si les problèmes sont réglés. Passé ce délai, il sera dans l’obligation de repasser un autre contrôle technique.