Contrôle Technique obligatoire tous les ans : ce qu’il en est vraiment

Contrôle Technique obligatoire tous les ans : ce qu’il en est vraiment

4 juin 2015 0 Par expediblog

En France, le coût moyen du contrôle technique s’élève à 76€, quand les réparations qu’il génère atteignent en moyenne 300€ : un marché estimé à 2,6 milliards d’euros, que se partagent les centres de contrôle et les garagistes
Aujourd’hui, le contrôle technique en France est jugé trop souple par les autorités européennes, qui demandent au gouvernement de durcir le ton pour limiter le nombre de voitures polluantes.
La France a 3 ans pour renforcer le dispositif du Contrôle Technique.

Un contrôle technique jugé trop souple par l’Europe

Aujourd’hui, le contrôle technique en France suit la règle du 4/2/2 : un véhicule doit se soumettre au premier contrôle technique 4 ans après sa première mise en circulation, puis tous les 2 ans.
Plus de 120 points de contrôle sont vérifiés à chaque visite technique : les pneus, les freins ou encore les amortisseurs. À l’issue de ce bilan méticuleux, l’automobiliste reçoit soit un procès verbal positif qui autorise la voiture à reprendre la route, soit un PV soumis à contre visite. Dans ce cas, la voiture qui ne « passe pas » le contrôle technique doit corriger les défauts signalés dans le PV dans un délai de 2 mois.
On estime même que 20 à 30% des automobiles en France sont en défaut de CT, 19% d’entre eux choisiraient volontairement de ne pas soumettre leur voiture au contrôle parce qu’ils savent pertinemment qu’elle ne passerait pas.

Vers un contrôle technique obligatoire une fois par an ?

La Commission Européenne voudrait que la France mette en place un Contrôle Technique annuel pour les véhicules âgés de plus de 7 ans.
Une mesure que les ménages ne voient pas d’un très bon oeil, puisque la mesure représenterait en moyenne un surcoût de 34€ par an et par voiture. Les plus touchés : les foyers les plus modestes, qui possèdent bien souvent des véhicules plus anciens que les ménages aux revenus plus élevés. 40 à 50% des véhicules de plus de 10/12 ans sont soumis à la contre-visite car ils présentent des caractéristiques dangereuses.
Les professionnels de l’auto quant à eux ont plutôt un avis positif sur la question. Pour eux, ce contrôle technique annualisé permettrait aux automobilistes d’anticiper davantage les réparations à effectuer sur leur véhicule et de faire ainsi des économies grâce à une maintenance plus suivie et une baisse du nombre de contre-visites. Une manière également d’améliorer la qualité du parc automobile français.. Et d’augmenter par la même occasion leur proche chiffre d’affaires ?

Pour l’heure, l’Assemblée Nationale a rejeté cette mesure en invoquant une nouvelle inégalité entre les foyers à revenus modestes et les foyers les plus riches.
De leur côté, et alors que la mesure aurait dû s’appliquer également aux motos de plus de 125cm3, les motards ont réussi à faire reculer sa mise en place à 2022.
Alors… passera ou passera pas le contrôle technique annuel ? L’avenir le dira, toujours est-il que l’Europe a bien l’intention de faire passer ses nouvelles règles de contrôle : un contrôle anti-pollution systématique et une vérification du kilométrage du véhicule à chaque contrôle technique.