Pastille verte le retour : ce que cela va changer

Pastille verte le retour : ce que cela va changer

3 juin 2015 0 Par expediblog

Trois ans après la disparition de la pastille verte, la ministre de l’environnement Ségolène Royal annonçait hier une mesure phare de son plan pour améliorer la qualité de l’air : le « certificat de qualité de l’air » et le retour de la pastille de couleur à partir du 1er janvier 2016.

Des vignettes de couleur pour identifier les véhicules les plus polluants

Cette fois-ci, la pastille « verte » sera déclinée en 7 couleurs correspondant à 6 catégories de véhicules essence et diesel, ainsi qu’une 7ème vignette pour les voitures électriques :

  • Pastille verte, catégorie 1 : les véhicules essence immatriculés après le 1er janvier 2011
  • Pastille jaune, catégorie 2 : les véhicules essence immatriculés entre le 1er janvier 2006 et le 31 décembre 2010 et les diesel immatriculés après le 1er janvier 2011.
  • Pastille orange, catégorie 3 : les véhicules essence immatriculés entre le 1er janvier 1997 et le 31 décembre 2005 et les diesel immatriculés entre le 1er janvier 2006 et le 31 décembre 2010.
  • Pastille rouge, catégorie 4 : les véhicules diesel immatriculés entre le 1er janvier 2001 et le 31 décembre 2005.
  • Pastille bordeaux, catégorie 5 : les véhicules diesel immatriculés entre le 1er janvier 1997 et le 31 décembre 2000.
  • Pastille grise, catégorie 6 : les véhicules essence et diesel immatriculés avant le 31 décembre 1996.
  • Et la pastille bleue pour les voitures électriques

La classification se fait donc selon deux critères principaux : le moteur et l’année de première immatriculation. Les véhicules diesel ne peuvent prétendre à la pastille verte, et ce quelle que soit leur année de première mise en circulation.
Cette mesure devrait également concerner les motos, les véhicules utilitaires etc.

Où se procurer sa vignette ?

Dans la continuité de ses mesures pour l’écologique « positive » et non punitive, la ministre de l’Ecologie a voulu baser ce dispositif sur le volontariat. Non obligatoire, la pastille sera gratuite les 6 premiers mois, après lesquels les « volontaires » devront débourser 5 euros pour arborer leur vignette.
Pour se procurer sa vignette, il faudra en faire la demande auprès du service d’immatriculation des véhicules, par internet ou par courrier à partir de janvier prochain. La pastille sera ensuite envoyée par la Poste à l’adresse de la carte grise.

Quels avantages pour les porteurs d’une pastille ?

Le Ministère de l’Ecologie assure que cette mesure a pour objectif de faire réaliser aux français que l’achat d’un véhicule moins polluant présente des avantages significatifs, en plus de faire des économies d’essence et d’entretien :

  • Obtenir des conditions de circulation privilégiée
  • Bénéficier de modalités de stationnement favorables telles qu’une tarification préférentielle pour les véhicules les moins polluants, voire un stationnement gratuit pour les voitures électriques. On peut également penser à un allongement de la durée de stationnement autorisée
  • Circuler dans les zones de circulation restreinte lors des pics de pollution par exemple

En réalité, la mise en oeuvre de ces avantages est laissée à la libre appréciation des collectivités, qui pourra décider ou non de les appliquer.
Une mesure qui reçoit un accueil très mitigé puisque les constructeurs automobiles y voient une nouvelle stigmatisation des moteurs diesel, alors que le diesel dernière génération serait moins polluant que l’essence…
Pour couronner le tout, Ségolène Royal propose une prime de 10 000€ à ceux qui voudraient remplacer leur véhicule polluant en achetant une voiture électrique.