Un point sur le contrôle technique

Redouté par certains, décrié par d’autres, qu’on le veuille ou non, le contrôle technique est un rendez-vous incontournable dans la vie d’une voiture. Obligatoire en France depuis le 1er janvier 1992 pour les véhicules légers, cette vérification réalisée par un centre agréé vise à s’assurer du bon état général du véhicule.
Quand faut-il l’effectuer ? Quels sont les éléments contrôlés ? Nous faisons le point !

Quand faut-il effectuer le contrôle technique de sa voiture ?

La loi française est plutôt claire à ce sujet : le premier contrôle technique doit avoir lieu dans la période des 6 mois qui précède le 4e anniversaire de la première mise en circulation du véhicule. Les contrôles techniques suivants ont lieu, quant à eux, tous les 2 ans.
Attention à ne pas oublier : tout manquement à cette obligation peut entrainer une amende forfaitaire de 135 euros ainsi que le retrait de la carte grise durant 7 jours !
Néanmoins, pour vous aider à vous souvenir de votre prochain contrôle, il vous suffit de vérifier la date indiquée sur la vignette collée sur le pare-brise. A noter que cette vignette est purement indicative et ne constitue pas une preuve légale.

Quels sont les points contrôlés ?

Le professionnel prend généralement 30 à 45 min pour vérifier les 124 points de contrôle répartis en 10 catégories : identification du véhicule, liaisons au sol, éclairage et signalisation, pollution et niveau sonore, freinage, visibilité, structure et carrosserie, direction, équipements, et organes mécaniques. Ces vérifications sont toutes effectuées de manière visuelle, sans qu’aucun démontage ne soit effectué.
Sur les 124 points vérifiés, seuls 72 points sont soumis à une obligation de contre-visite de vérification. Précisons que les fonctions relevant du freinage, des liaisons au sol, de l’éclairage et de la signalisation sont généralement celles qui génèrent la plupart des contre-visites. Prenez donc soin de bien vérifier ces points avant d’amener votre voiture au contrôle technique.
D’ailleurs, à ce propos, êtes-vous bien sûr de connaître tous les éléments à surveiller sur vos pneus ?

À l’issue de la visite

Si aucun des 72 points soumis à l’obligation de contre-visite n’est pris en défaut lors du contrôle, le professionnel appose un timbre A sur le certificat d’immatriculation, ainsi qu’une vignette sur le pare-brise du véhicule afin d’indiquer la limite de validité du contrôle. Félicitations, vous êtes tranquille pour 2 ans !
Par contre, si des éléments défaillants sont constatés lors du passage au contrôle technique, ils sont indiqués sur le procès verbal remis au propriétaire du véhicule. Il dispose alors de deux mois pour régler les défauts constatés et passer une contre-visite à l’issue de laquelle il pourra obtenir une validation si les problèmes sont réglés. Passé ce délai, il sera dans l’obligation de repasser un autre contrôle technique.